Comment on a failli passer à côté de Bornéo…

 

Bornéo résonnait pour nous comme une enclave sauvage et inexplorée : l’amazone de l’Asie, une jungle immense qui abriterait les derniers Orangs-outangs, un volcan superbe d’où la vue au soleil levant serait magnifique, des sites de plongée exceptionnels, une rivière mystérieuse, des grottes spectaculaires, des tribus de coupeurs de tête encore sauvages, la plus grande fleur au monde…etc.

Tout ça…

Sans titre [1024x768]

 

Mais nous n‘étions pas seuls à vouloir explorer ce territoire vierge

 

Dans notre grande naïveté nous avions oublié que le mois d’Aout voit déferler des troupeaux de vacanciers, et que, pas bêtes, ces derniers réservaient leur parcours bien à l’avance afin de ne pas rater leurs vacances…
Bien vu ! En bons voyageurs continuels, nous, nous avons, comme d’habitude, débarqué sur l’île de Bornéo en pensant avancer au jour le jour vers les sites les plus prisés…
Raté ! Billets d’avion déjà achetés pour rejoindre l’Indonésie 10 jours plus tard, quand nous débarquons à Kuching, à l’Ouest de Bornéo, nous sentons bien que 10 jours ici ça peut être long… Très long !

 

DSC_7908 [1024x768] DSC_7933 [1024x768] DSC_7916 [1024x768] DSC_7926 [1024x768] DSC_7943 [1024x768]

 

 

 

 

 

 

Le parc national que nous visions : le Gunung Mulu (classé au patrimoine de l’Unesco) promet de superbes randonnées mais les guides, obligatoires, sont tous pris pour le reste du mois…
A l’est de l’île : la région du Sabbah, serait elle, encore plus convoitée et depuis peu à nouveau le théâtre de quelques tensions…

Si nous sommes des habitués de la lenteur, on aura rarement pris autant notre temps !
La ville de Kuching ne mérite certes pas les 6 ou 7 journées que nous y passons mais nous les occupons tranquillement de balades au bord de la rivière en découvertes culinaires (décidemment interminables et enthousiasmantes dans ce pays) saupoudrées de rencontres intéressantes avec les nombreux vacanciers défilant dans notre hôtel…

Nous explorons les parcs nationaux de Kubah mais surtout Bako, entre jungle luxuriante envahie par les racines, cascades, plages immenses et désertées, et nous ajouterons deux espèces de singes à notre décompte : les macaques et les nasiques à long nez.
3 jours de marche, immergés en pleine jungle…

 

DSC_7964 [1024x768] DSC_7975 [1024x768] DSC_7980 [1024x768] DSC_8027-1 [1024x768] DSC_8090 [1024x768]

 

 

 

 

 

 

De quoi nous donner l’impression la certitude, que finalement, nous ne sommes pas totalement passés à côté de Bornéo !

 

Et puis, si tout le reste de l’année nous avons la chance de voir les merveilles du monde et d’en profiter sans la foule, pour une fois c’est votre tour d’être privilégiés… Allez, sans rancune !

 

————————————————————-

 

Le bilan ?

 

* 36 jours sur place, environ 3.160 km parcourus, 3h30 d’avion, 2h de métro, 29h30 de bus, 4h de bateaux, 45 min de taxi, presque 29h15 de randonnées en jungles et 18h de marche en jungles urbaines.

 

Cliquez pour visualiser la carte de notre parcours

Carto Malaisie [1024x768]

 

* Pour un Budget total de 1.536,20€ soit 21,95€/jour/personne en moyenne : 8,80€ de logement/j/pers et environ 5,86€/j/pers pour se nourrir (et boire un coup !).

C’est probablement le pays le moins cher que nous ayons visité, en particulier pour la nourriture. Les stands de rue sont fréquents et la traditionnelle soupe de nouilles ou le « riz frit » coûte parfois moins d’un euro !

 

Et en vrac tout ce qu’on a oublié de vous raconter :

* La Malaisie est une ancienne colonie anglaise, en arrivant du Japon le fait que tout le monde nous parle spontanément anglais nous a facilité la vie ! Mais c’est aussi le meilleur moyen de ne pas se pencher sur une langue, et on doit bien l’avouer, on ne sait pas dire « bonjour, merci, au revoir » … Et on n’en est pas fier…

* Au même titre que les parcs nationaux ou les villes classées, les centres commerciaux sont présentés comme une véritable activité touristique en Malaisie, comme dans beaucoup d’autres endroits d’Asie d’ailleurs…

* La religion dominante est l’islam, plus particulièrement pratiquée par les malais (et beaucoup moins par les indiens, sans doute presque pas par les chinois). La majorité des femmes sont voilées mais cela passerait presque ici pour un accessoire vestimentaire plus qu’une contrainte austère : ils sont colorés, joyeux, améliorés de bijoux, de brillants et bien sûr coordonnés à la tenue portée.

* La pub pour le shampoing se fait aussi sur d’immenses 4×3 dans les rues et les stations métros de la ville… Mais sans montrer 1 cheveu : pour vendre du shampoing ici on montre des voiles !

SONY DSC* Le durian est un fruit curieux, réputé pour son odeur insupportable. Si forte qu’il est interdit dans certains endroits, nous avons notamment vu sur les bus de Georgetown un dessin du fruit barré d’un « NO Durian » rouge ! Le gout est moins terrible que l’odeur le laisse penser, encore que nous n’ayons pas vraiment aimé, mais cela reste un emblème du pays et il y est généralement très apprécié.

* Curiosité culinaire : la « Fried ice cream » (de la glace en friture…)… Trop étonnée par ce nom j’ai testé… Il s’agit d’une boule de glace entourée par des petites tranches de pain de mie… Une fois cet assemblage effectué le tout est congelé puis, lorsqu’il est bien aggloméré plongé dans de l’huile de friture… Ne testez pas ça chez vous, ça n’a aucun intérêt ! Ca ressemble, disons, à des toasts de pain de mie grillé au beurre mangés avec de la glace…

 

————————————————————-

 

Si ce pays nous a rendu moins enthousiastes que d’autres il faut apporter des précisions importantes, voire des conseils à l’usage de futurs voyageurs…

 

DSC_8073 [1024x768]Le ramadan n’est clairement pas une fête facile à vivre lorsque l’on est voyageur en Malaise.
Il très facile de manger en journée, et ce partout, mais la réelle difficulté se présente à la fin du mois saint lorsque les musulmans fêtent l’Aïd El Fitr et prennent de 2 à 8 jours de vacances.
D’une part bien sûr ils sont tous sur les routes et deviennent eux-mêmes vacanciers (tout comme nous à Pâques, Noël ou en Aout…), d’autre part, ceux qui tiennent des hôtels, restaurants ou autres établissements touristiques ne renoncent pas pour autant à leur vacances…

DSC_8041 [1024x768]Il est donc facile de se retrouver dans des endroits surchargés de touristes avec un seul restaurant ouvert à 10 km à la ronde… Il faut donc être patient et accepter de manger 1h30 après avoir commandé et pas forcément ce que vous aviez demandé…
Petit conseil bonus spécifiquement destiné aux français : il est inutile de s’énerver en comparant la situation à un 15 Aout à la Grande Motte ou « les restaurateurs chez nous travaillent, ah ben c’est sûr s’ils ne veulent pas travailler ou gagner d’argent alors … ».

Imaginez un instant un qatari musulman débarquant au Mont St Michel ou à Rocamadour un 24 Décembre… Pas mieux non ?
Ceci dit j’ai beau, avec le recul, faire preuve de philosophie, sur le moment cette situation m’a pas mal contrariée…

 

DSC_7879 [1024x768]Mi-Juillet à mi-aout n’est définitivement pas la période idéale pour visiter un pays !
Ce fut un peu nouveau pour nous, même dans notre « ancienne vie » nous partions plutôt hors vacances scolaires et de préférence l’hiver.
La saison haute est donc un concept que nous avons découvert, pour notre plus grand déplaisir, et qui s’accompagne de prix plus élevés et d’échanges avec les locaux moins évidents et naturels.

DSC_7878 [1024x768]L’Asie étant également une région bien plus fréquentée que l’Amérique centrale le rapport au visiteur est différent et certains lieux sont déjà surexploités.
Ainsi, nous n’avons vu aucune longhouse, maison traditionnelle de Bornéo car celles à proximité de Kuching étaient visitables avec une flopée d’autres touristes ou déjà transformées en pseudo « musée vivant »; nous n’avons pas fait de randonnée avec hébergement chez l’habitant (peuple plus ou moins indigène) non plus, pour les mêmes raisons et globalement nous avons tenté d’éviter le tourisme de masse (difficile…).

Nous avions déjà voyagé en Asie du Sud Est, la fréquentation plus importante et la surexploitation n’était donc pas une découverte, mais ajouté au mois d’Aout et au ramadan cela nous a rendu la visite de ce pays moins agréable.
Mais comme je l’ai déjà trop dit : la perception que l’on a d’un endroit dépend de tant de choses… Il y a fort à parier que n’importe quel pays musulman au mois de Juillet-Aout nous ai fait le même effet…
Tout comme il y a fort à parier que la visite de la Malaisie en Juin ou en Septembre nous ai bien plus emballés !

 

DSC_7860 [1024x768]

 

Ah oui… Et il faut absolument qu’on revienne, il nous manque tellement de choses à voir encore !

3 commentaires à propos de “Comment on a failli passer à côté de Bornéo…

  1. Bon, ben, ça se confirme, la Malaisie, Bornéo, ce ne sont pas des coins du monde qui m’attirent. En même temps, c’est vrai, je ne suis pas particulièrement passionnée par la nature (bien loin des goûts de Nico ;-))
    Vos articles et vos photos me suffiront donc pour l’instant !
    Bisous sous la pluie !

  2. Laplaze mam

    Dans ton commentaire, Malaise au lieu de Malaisie, c’est donc pas qu’un manque de i. Effectivement, vous n’étiez pas à l’aise…assez de jeu de mots approximatif et bon et beau séjour en Indonésie!

    affectueusement à vous

    • Cam Cam

      Ouais, le malaise en Malaisie… C’est devenu une blague récurrente :P
      Je cherche pour l’Indonésie mais ce sera forcément plus positif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *